L’histoire du Sensorium et sa mission

Le Sensorium est basé sur les idées de Hugo Kükelhaus, fondateur de ce qu’il a appelé « les champs d’expérimentation ». C’est un concept mis en place suite à l’exposition universelle de Montréal en 1967. Hugo Kükelhaus était invité à exposer ses travaux pour représenter l’Allemagne. Suite à quoi ses objets, destinés à rendre attentifs à l’extraordinaire fonctionnement de notre perception, ont fait l’objet d’une exposition permanente, qui se situe entre le parc thématique, le centre de science et le musée.

 

Le Sensorium a été créé à Frauenfeld pour une période déterminée de quatre ans, puis un lieu fut cherché pour exposer les quelques 40 stations qui composaient le champ d’expérimentation d’alors. Le site du Rüttihubelbad, en pleine rénovation, disposait de locaux idéals. C’est en 2004 que le Sensorium a été accueilli dans notre fondation pour devenir le « Sensorium im Rüttihubelbad ». Dès cette date notre musée s’est développé et a accueilli une moyenne de 40'000 visiteurs par an, puis dès 2014, nous proposons à notre public une exposition temporaire nouvelle chaque année et avons grâce à cela, approché les 50'000 visiteurs par an pour les dépasser la première fois en 2016 avec un total de 52'000 personnes. Le Sensorium compte aujourd’hui 80 stations.

 

Dans un monde où le numérique prend une place de plus en plus importante, jusque dans l’éducation publique où les tablettes deviennent les seuls supports à la didactique des matières, le Sensorium se fixe la mission de : « permettre à chacun de se relier et de comprendre le monde à l’aide de notre perception sensorielle ». Kükelhaus, comme Piaget, Montessori et beaucoup d’autres n’ont cessé de répéter que l’action est au cœur du développement. Le Sensorium offre l’espace nécessaire pour prendre le temps de vivre les sensations les plus simples et les plus extraordinaires, dans un cadre protégé et sans intermédiaires électroniques.